Forum entièrement consacré au Château de Forcalqueiret et ses environs.Le but du forum est de partager, d'échanger, d'informer sur le Castellas, forteresse médiévale la plus imposante du Var, mais tellement méconnue.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les chroniques de l'Académie du var

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rocas d'Oc
Admin
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 22/08/2013

MessageSujet: Les chroniques de l'Académie du var   Ven 23 Aoû - 15:18

Article paru dans Var Matin le 30 janvier 2011

Citation :
Nous vous proposons un rendez-vous avec l'histoire chaque dimanche. Ces pages, écrites par les membres de l'académie du Var, nous rappellent combien la mémoire de notre département est riche. Une plongée au coeur du passé où se côtoient l'histoire, la littérature et la culture. Aujourd'hui, les châteaux de Forcalqueiret et de Rocbaron

Implanté sur un promontoire escarpé du massif des Thèmes, le château du Forcalqueiret domine la plaine drainée par l'Issole. C'est l'un des édifices militaires médiévaux les plus importants du Var. La silhouette que l'on voit depuis le pied de la butte ne permet pas vraiment d'imaginer l'importance architecturale du site et l'existence d'un village médiéval circonscrit par le rempart du château et un profond fossé constituant une douve sèche.

La construction du premier corps du bâtiment castral est à placer aux débuts du XIIIe siècle. Les plus anciennes céramiques trouvées dans le village et recueillies dans une pièce du château attestent cette datation. L'édifice est profondément remanié au XVe siècle comme l'atteste le prix-faict de 1416 pour la construction de l'imposant logis, improprement appelé donjon, côté nord. La seigneurie est alors entre les mains de la famille d'Agoult qui la détient pendant plus de trois siècles. Le château est essentiellement conçu comme une demeure, nonobstant la décennie 1580 pendant laquelle Hubert de Vins, chef du parti catholique, l'utilise comme base pour les opérations militaires qu'il mène dans la région.

A cette date, le plan de l'édifice est celui qu'on peut observer aujourd'hui : une grande cour cernée sur ses quatre côtés par des salles aux fonctions diverses et bâties selon les possibilités du terrain sur un ou plusieurs niveaux. Vers le XVIIe siècle probablement, le château est démantelé et sa citerne percée.

C'est de cette époque que date très certainement le déperchement du village et son éclatement en plusieurs hameaux dont l'un devient l'embryon du bourg actuel, bien situé sur l'axe Toulon-Brignoles et sur la première terrasse de la rivière Issole. La Seigneurie appartient alors à Louis Palamède de Forbin qui la revend en 1742 à Louis Sauveur, ancien ambassadeur de Louis XV à Constantinople. Ses descendants la conservent jusqu'en 1781 où elle est transmise à la famille de Pontevès. Après avoir été vendu à plusieurs propriétaires roturiers dont certains n'hésitent pas à vendre ses pierres, le château est racheté par la Commune en 1978.

Inscrit à l'Inventaire Supplémentaire, il fait alors l'objet de quelques tentatives de déblaiement partiel. En 1987, la Municipalité confie le sauvetage de l'édifice à l'Association ASER qui y oeuvre pendant dix ans. Les chantiers de fouille précédent ou ont lieu en même temps que les chantiers de restauration pour une meilleure compréhension de la partie castrale : son architecture et ses utilisations.

Le mobilier mis au jour est abondant. Dans la citerne construite en parements finement jointoyés, il a été recueilli près de 90 cruches à bec pincé ou pichets à goulot tubulaire, vernissées vertes ou à décor baroque, caractéristiques des productions céramiques du XVIIe siècle.

On y a aussi trouvé deux seaux en bois, conservés grâce à la présence d'eau au bas de la cuve. Dans un angle de la cour, le mobilier céramique mis au jour atteste la proximité des cuisines : plats creux, bassins, écuelles, bols à anses tréflées, etc. L'ensemble de ces objets évoquent un certain art de vivre.

Les aménagements architecturaux liés à l'eau renchérissent cette notion de confort puisqu'un système complexe de collecte des eaux pluviales depuis le toit du bâtiment vers la citerne jusqu'au drainage des eaux usées à travers la cour et les pièces du logis via une fontaine et son système de pompage sont encore bien visibles. Ce même logis compte plusieurs salles d'eau avec éviers de pierre et latrines.

C'est aussi dans les canalisations internes du logis et au pied de celui-ci qu'ont été découvertes deux armes, un mousquet-arquebuse et une couleuvrine. Du premier, il ne reste que la partie en bois. Il s'agissait à l'origine d'une arme d'1,30m de long environ, pesant 6kg et fonctionnant « à mèche ». Le second est un petit canon daté de la fin du XVe siècle, long de 2,25m pour une bouche de 75mm de diamètre. Il a été encloué, c'est-à-dire rendu inutilisable. Il pourrait s'agir du canon mentionné « hors d'usage » dans l'inventaire du mobilier établi lors de la succession de Fouquet d'Agoult en 1492.

Et le château de Rocbaron ? Il fait partie de la même seigneurie que celui de Forcalqueiret, laquelle comptait aussi le village de Sainte-Anastasie, lorsqu'il est vendu en 1228 par son seigneur, Guillaume, à Geoffroy de Reforciat. Il reste un poste avancé, permettant de surveiller la dépression permienne et les mouvements des troupes depuis le massif des Maures. Le fameux prix-faict de 1416 nous apprend que l'agrandissement du château de Forcalqueiret pourra se faire au dépend des murs de celui de Rocbaron.

Et de fait, l'édifice de Forcalqueiret est bien le siège de la seigneurie puisqu'en 1496 les habitants de Rocbaron saisissent le seigneur de Forcalqueiret afin de pouvoir doter leur commune d'un four à pain plutôt que devoir se déplacer pour faire cuire leur provision dans le village voisin.

Signalons qu'une petite salle en mairie de Forcalqueiret permet au visiteur d'en savoir plus sur l'historique du site et des découvertes qui y ont été faites par le biais de panneaux, de vitrines et d'une belle maquette.

Revenir en haut Aller en bas
http://lecastellas.forumactif.org
 
Les chroniques de l'Académie du var
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» affectation stagiaires académie de Grenoble
» CRPE 2010 : Quelle académie ?
» Questions à propos du changement d'académie
» Quelle académie choisir ???
» Calendrier académique 2009-2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Castellas De Forcalqueiret :: Documentations divers-
Sauter vers: